Relais-femmes

Organisme féministe de liaison et de transfert de connaissances

Nouvelles
20 janvier 2014 Nouvelles

La délibération … au cœur de nos pratiques?

 Date : mercredi 12 février et jeudi 13 février 2014

Lieu : Maison Parent-Roback, 110 rue Sainte-Thérèse, salle 105, Montréal

Durée : Deux jours

Animation de groupe

Date : mardi 29 avril et mercredi 30 avril 2014

Lieu : Maison Parent-Roback, 110 rue Sainte-Thérèse, salle 105, Montréal

Durée : Deux jours

POUR VOUS INSCRIRE, CONTACTEZ AUDREY BERNARD AU 514.878.1212 poste 1301 ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

25 novembre 2013 Nouvelles
S’inscrivant dans une campagne internationale, les 12 jours d’action se déroulent,à travers leQuébec, du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, au 6 décembre,
Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes.Partout, des organisations ayant à cœur la lutte contre laviolence envers les femmes interpelleront de diverses façons la société québécoise pour dénoncer cette violence subie par les femmes parce qu’elles sont des femmes.
 
 
Le calendrier des activités est disponible ici.
 
Pour en savoir plus, visitez le site http://www.12joursactioncontrelaviolence.ca/
 
 
20 novembre 2013 Nouvelles

La violence envers les femmes est toujours un enjeu majeur pour la société au Québec et dans le monde. Les formes de violence faite aux femmes sont aussi nombreuses que variées, et ce, malgré les avancées en termes de droits des femmes. La violence exercée par les femmes est un sujet peu abordé dans le mouvement des femmes et peu de données existent sur les femmes qui ont des comportements violents et sur les interventions qui leur sont destinées. Les services qui leur sont offerts actuellement sont rares et souvent non-adaptés à leur réalité. Pour les intervenantes, les questions suivantes se posent : Comment intervenir auprès de femmes qui manifestent des comportements violents? Comment les amener à adopter des comportements non-violents?

Le Programme adapté pour mieux intervenir auprès des femmes qui exercent de la violence, développé en collaboration par deux chercheures universitaires et Relais-femmes, a pour  objectif d’amener les femmes à adopter des comportements non-violents, et de développer leur pouvoir d’agir, afin de diminuer leur risque de victimisation. Entre 2009 et 2012, plusieurs intervenantes de centres de femmes ont reçu la formation et offert le programme aux femmes de leur communauté dans différentes régions du Québec.

La formation sur le programme se poursuit cette année, avec une nouvelle subvention accordée obtenu au printemps 2013 du service aux collectivités du Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS).

Au printemps 2013, une subvention a été accordée à ce projet partenarial  par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) qui permettra d’évaluer le programme « Ce que je trouve important, c’est que de plus en plus de femmes au Québec vont pouvoir bénéficier de ce programme », souligne Nicole Caron qui coordonne ce projet pour Relais-femmes.

Pour plus d’information sur ce projet, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .


 Photo : Des intervenantes provenant des centres de femmes de Chaudière-Appalaches ont reçu la formation sur le programme en octobre 2013 à Lévy.

19 novembre 2013 Nouvelles

Montréal, le 18 novembre 2013 — Au terme du Forum des États généraux de l'action et de l'analyse féministes, les organisatrices se félicitent des résultats. 1100 femmes de toutes les régions du Québec, de tous âges et de toutes origines, incluant des centaines de nouveaux visages, ont pris part aux activités de la fin de semaine. « Nous quittons le Forum portées par un sentiment d'unité, de détermination et une fierté féministe renouvelée. Nous avons assisté au renforcement de nos solidarités et repartons la tête remplie d'idées pour actualiser les luttes féministes. Nos objectifs sont plus qu'atteints », d'affirmer les porte-parole de l'événement Délice Mugabo, Isabelle Picard et Alexa Conradi. Les femmes réunies durant quatre jours ont adopté un nombre important de propositions qui actualisent l'analyse du mouvement féministe. Les participantes rentrent chez elles avec des idées et des stratégies pour faire du féminisme la base d'un projet de société.

Bien-être des femmes

Les participantes ont adopté une vision féministe globale de la santé et du bien-être des femmes, de la société, des écosystèmes et des peuples. Du même souffle, elles ont aussi proposé au mouvement d'articuler un discours et des pratiques féministes de la maternité et de la famille qui prennent en compte la diversité des expériences de toutes les femmes et l'ensemble des oppressions systémiques qu'elles rencontrent. L'adoption de cette vision implique une intensification des luttes contre la violence patriarcale, la défense du droit à l'autodétermination des femmes. Cette vision s'inscrit également dans la poursuite des luttes contre les inégalités sociales et économiques, ainsi que contre la marchandisation et la privatisation du bien commun et des services publics. Elle plaide en faveur du développement d'approches globales en santé préventive et pour l'augmentation des logements sociaux. Les participantes souhaitent aussi l'instauration d'un revenu social universel garanti.

Virage vert

Les participantes remettent également en question le système économique actuel et font de l'écologie un véritable enjeu féministe. La protection des ressources naturelles, ainsi que la recherche d'alternatives innovatrices pour un nouveau mode de production et de consommation se retrouvent donc au cœur des propositions adoptées. L'investissement des féministes dans les luttes écologistes s'articule, entre autre, par le développement d'une approche critique envers les multinationales agroalimentaires et le développement d'un système alimentaire local, écologique, accessible et sain dans une perspective de souveraineté alimentaire.

Renforcement des solidarités

Elles ont également adopté des propositions pour renforcer la solidarité féministe pour contrer les divers systèmes d'oppression, comme le racisme, le colonialisme, le capacitisme et l'hétérosexisme dans la société et dans la vie des femmes. Ainsi, elles souhaitent contrer les systèmes de valeurs et les pratiques qui produisent l'exclusion et la marginalisation des femmes immigrantes, autochtones et racisées, notamment au niveau du marché de l'emploi. Les participantes se sont engagées à développer des relations égalitaires, de nation à nation avec les peuples autochtones et de contribuer à mettre fin aux système et préjugés coloniaux. Elles se sont engagées à explorer les théories, les idées et les pratiques des mouvements lesbiennes et queers afin de développer des alliances féministes, notamment pour contrer l'hétérosexisme et la lesbophobie.

Lutter contre le contrôle politique, social ou religieux des femmes

Elles ont également décidé de contrer le développement de terreaux fertiles pour les fondamentalismes religieux et toute autre forme de fondamentalisme (soit l'appel à une seule identité, une seule autorité, une seule vérité). Elles vont également lutter contre toute forme de contrôle politique, social ou religieux du corps des femmes et défendre leur droit à l'autodétermination. Elles souhaitent accentuer la lutte contre le sexisme quotidien et la violence envers les femmes, tout comme offrir plus de soutien aux femmes voulant sortir de l'industrie du sexe. Elles vont continuer à dénoncer la banalisation de la violence et la promotion de la culture du viol.

L'ensemble des propositions adoptées est disponible sur le site.

-30-

Cybel Richer-Boivin
Fédération des femmes du Québec
514-717-4847

14 novembre 2013 Nouvelles

Faire du féminisme un projet de société!

Montréal, 11 novembre 2013 — Du 14 au 17 novembre, plus de 800 femmes se rassembleront à l'UQAM pour le Forum des États généraux de l'action et de l'analyse féministes afin de jeter les bases d'un projet féministe de société qui favorisera l'égalité, la justice, la liberté, la solidarité et la paix. Les médias sont invités à assister à ce forum. La soirée d'ouverture aura lieu ce jeudi 19 h à la salle Marie-Gérin-Lajoie de l'UQAM.

« Une démarche comme celle des États généraux est exceptionnelle dans le mouvement féministe, mais aussi plus largement dans les mouvements sociaux. De par son ampleur, de par la profondeur des sujets abordés et des remises en question soulevées, ce forum promet des conclusions inédites» souligne Delice Mugabo, coporte-parole des États généraux. En effet, depuis plus de deux ans le processus des États généraux est en branle; tables rondes, événements publics, ateliers de discussions, colloques et tables de travail ont mobilisé des centaines de femmes de divers milieux et dans toutes les régions. « Ce Forum est historique. La dernière fois qu'autant de femmes ont été réunies afin de débattre et d'adopter démocratiquement un projet féministe de société remonte à plus de 20 ans lors du Forum Pour un Québec féminin pluriel. Depuis ce temps, la société a évolué à grande vitesse » continue Isabelle Picard, coporte-parole. Les participantes du forum auront un travail important à faire pour déterminer les grandes orientations qui inspireront le mouvement féministe québécois dans sa quête pour une transformation sociale, politique et économique de la société.Dans un contexte où trop souvent les discours publics tendent à renforcer l'impression que l'égalité est atteinte, les femmes réunies au forum n'y croient en rien. « Le mythe de l'égalité-déjà-là en est un coriace. Les participantes du forum ne veulent plus être en mode défensif devant les reculs et l'indifférence. Elles souhaitent reprendre du pouvoir, se faire entendre et proposer une société réellement porteuse de justice sociale féministe » rappelle Alexa Conradi, coporte-parole et présidente de la Fédération des femmes du Québec.Des centaines de participantes convergent donc vers Montréal pour 4 jours de réflexion et de délibération sur de nombreux enjeux tels la santé des femmes et l'environnement, le travail et le système économique, les stéréotypes sexistes et le contrôle des femmes, la participation citoyenne et politique. Plus de 60 ateliers sous de thèmes variés sont offerts. Cet important exercice démocratique du mouvement féministe autonome vise à inspirer les féministes dans leurs actions et leurs réflexions pour les années à venir.Les États généraux de l'action et l'analyse féministe est un processus initié par la Fédération des femmes du Québec et porté par le mouvement féministe.


Rappel
Forum des États généraux du 14 au 17 novembre
Au 405, rue Ste-Catherine Est – Pavillon Judith-Jasmin/UQAM
Salle médias – 2e étage du Pavillon Judith-Jasmin

Déroulement
Jeudi 14 nov., 19 h – Soirée d'ouverture Salle Marie-Gérin-Lajoie
Vendredi 15 nov. 13 h 30 – point de presse
Dimanche 17 nov. 9 h 30 – 15 h 30 — Plénière suivie d'un appel à l'action Salle Marie-Gérin-Lajoie.

Pour accéder au Cahier du forum ou à la synthèse des propositions qui seront débattues en plénière.


– 30 –


Renseignements :
Cybel Richer-Boivin
Fédération des femmes du Québec
514-717-4847

Nous contacter

Relais-femmes - 469, rue Jean Talon Ouest, bureau 412 
Montréal (Québec) H3N 1R4

  • Téléphone: (+1) 514-878-1212

Rejoignez-nous

Devenir membre >>

Nous sommes également sur les réseaux sociaux. Suivez-nous et entrez en contact.
Vous êtes ici : Accueil A propos Nouvelles et événements Nouvelles