Relais-femmes

Organisme féministe de liaison et de transfert de connaissances

Thème : Pratiques d’intervention

Le 26 octobre 2006 à l'UQÀM, Denyse Côté, professeure au Département de travail social et des sciences sociales à l’UQO et directrice de l'ORÉGAND, participait à un colloque organisé par Relais-femmes et l'Institut de recherches et d'études féministes intitulé "L’analyse différenciée selon les sexes (ADS) : où en sommes-nous dix ans après?".

Nouveaux enjeux, nouvelles stratégies en vue d’instaurer l’égalité entre les hommes et les femmes.

Suite à la Conférence mondiale de Beijing en 1995, plusieurs gouvernements ont adopté l’analyse différenciée selon les sexes (ADS) pour viser l’égalité entre les hommes et les femmes dans le conduit des affaires publiques. Cependant, les stratégies d’implantation de même que leurs orientations ont soulevé des questions chez ceux et celles qui sont préoccupés par la condition des femmes : L’utilisation de l’ADS favorise-t-elle vraiment l’égalité entre les sexes ? Ne vient-elle pas plutôt cautionner des situations d’inégalité ? Occulter les préoccupations des féministes ? Est-elle un outil adéquat pour relancer les revendications féministes ? Reflète-elle la diversité des expériences des femmes ?

La formation Animation de groupe représente pour les travailleurs et les travailleuses d’organismes communautaires et de groupes de femmes une occasion en or de réfléchir sur leurs façons de faire et leurs façons d’être dans un rôle d’animation. Plusieurs aspects seront abordés tels le rôle de l’animatrice, les difficultés rencontrées, la composition du groupe, la participation des personnes, etc. Les personnes inscrites expérimenteront également différentes techniques d’animation pouvant les outiller et les soutenir dans le renouvellement de leurs pratiques.

Document de Pulchérie Nomo Zibi, présenté dans le cadre d'une journée de réflexion organisée par Relais-femmes et l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM tenue à l’UQAM le 26 octobre 2006.

La violence exercée par les femmes est un sujet tabou. Mais certaines femmes se posent la question, « suis-je violente »? D'autres se savent violentes. Et, d'autres encore auraient, du point de vue de leurs proches, des comportements violents. « Ce sont à ces femmes que ce programme s'adresse ». La participation à ce programme les aide à mieux comprendre ce qu'est la violence, à en saisir les mécanismes et à développer des alternatives à leurs comportements violents. Les femmes qui s'y inscrivent peuvent aussi être assurées qu'elles seront reçues sans aucun jugement, ni reproche.

Page 1 sur 4

Nous contacter

Relais-femmes - 469, rue Jean Talon Ouest, bureau 412 
Montréal (Québec) H3N 1R4

  • Téléphone: (+1) 514-878-1212

Rejoignez-nous

Devenir membre >>

Nous sommes également sur les réseaux sociaux. Suivez-nous et entrez en contact.
Vous êtes ici : Accueil Pratiques d’intervention